Conseil régional de Tadjourah
Bienvenue sur le site du Conseil Régional de Tadjourah

Mois de la Francophonie 2015 à Djibouti : « L’avenir en Français »

0 165

Dès dimanche 1er mars 2015, des millions de francophones célèbreront la langue française durant un mois à travers le monde. Cette année à Djibouti, la célébration de la Francophonie donnera lieu à un programme culturel particulièrement dense qui associera l’Ambassade de France, l’Institut français de Djibouti (IFD), le lycée Joseph Kessel, l’Université de Djibouti et de multiples organismes scolaires et associatifs djiboutiens. Jeudi dernier, M. Serge Mucetti, Ambassadeur de France à Djibouti, M. Dominique Richard, directeur de l’IFD, et Mlle Lucie Bon, chargée du bureau du livre, ont présenté à la presse les grands moments qui rythmeront le mois de mars à Djibouti.

En écho au Sommet de Dakar, au cours duquel se sont réunis l’ensemble des membres et observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), les thèmes choisis pour les célébrations de la Francophonie à Djibouti sont la jeunesse et le développement durable. La jeunesse africaine et plus largement la communauté francophone du contient, incarnent parfaitement ces valeurs.

En effet, les statistiques de l’OIF sont claires : compte tenu des dynamiques démographiques, l’Afrique comptera en 2050 plus de 90 % des jeunes francophones de 15 à 29 ans. L’avenir de la Francophonie repose donc de plus en plus sur l’Afrique.

A Djibouti, les manifestations qui marqueront la Francophonie ne dureront pas une semaine mais un mois entier. Les évènements permettront de nourrir la réflexion autour de l’avenir de l’espace francophone mais également de mettre en lumière les actions en faveur de la jeunesse et du développement durable.

A tout seigneur tout honneur, M. Serge Mucetti a présenté le programme prévu ces prochaines semaines. Cette année, il s’agit de voir « l’avenir en français ».

M. Mucetti a indiqué : « Le français (…) n’est pas qu’une langue, c’est aussi le reflet d’une culture et de valeurs : le sens critique, le recul et une certaine forme de liberté ». Il a souligné que chaque jour sera ponctué par un évènement littéraire ou cinématographique, un colloque ou une représentation artistique.

Afin de faire bénéficier l’ensemble des Djiboutiens de ces activités, plusieurs évènements auront lieu en dehors de Djibouti-ville, notamment à Tadjourah. Certains auteurs iront également à la rencontre d’élèves djiboutiens dans leur école et des manifestations se tiendront à l’Université de Djibouti et au lycée d’Etat de Djibouti.

Richard et Mlle Bon ont pour leur part apporté des éclairages sur la programmation à venir. Le festival Djibouti fait son cinéma ouvrira donc ce mois de manifestations culturelles avec la diffusion de courts métrages de fiction francophone réalisés par des cinéastes djiboutiens ayant bénéficié d’une formation à l’IFD par le réalisateur Eric G. du Bellay.

Les courts métrages, sélectionnés par un jury et tournés à Djibouti, seront diffusés lors de séances de projection gratuites du 1er au 5 mars 2015.

Par ailleurs, des auteurs majeurs de la littérature africaine, MM. Florent Couao-Zotti (Bénin), Eugène Ebodé (Cameroun) et Yamen Manai (Tunisie), iront à la rencontre de lycéens, étudiants et publics associatifs, à Djibouti et Tadjourah, afin d’évoquer l’apport de la langue française à leurs ouvrages.

Le public jeune pourra exprimer son talent à l’occasion du concours-photos organisé autour de la thématique « Je m’habille en français », sur scène ou lors du Rallye de la francophonie. La chanteuse Marema, lauréate 2014 du Prix Découvertes RFI, se produira sur scène le 10 mars.

Enfin, preuve que la langue française vit et se nourrit des apports d’autres langues, un inventaire du français de Djibouti-réalisé avec l’Université de Djibouti- sera distribué lors de la journée de la langue française.

L’Ambassadeur de France à Djibouti a aussi annoncé le lancement prochain d’une étude diagnostique sur l’usage du français à Djibouti. Quelques échanges assez vifs ont ponctué cette conférence de presse au cours de laquelle M. Mucetti a rassuré certaines inquiétudes légitimes sur le recul de la langue de Molière dans cette partie du monde.

Vivement le mois de mars 2015 pour partager l’amour du Français avec les francophones du monde !

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy