Conseil régional de Tadjourah
Bienvenue sur le site du Conseil Régional de Tadjourah

Région de Tadjourah : Le chef de l’Etat inaugure le ‘’SOS Village d’Enfants’’

0 164

Le président de la République, M. Ismaïl Omar Guelleh, a inauguré jeudi dernier dans la ville blanche le ‘’SOS Village d’enfants » de Tadjourah. Accueilli sur le site de la cérémonie en milieu de matinée, par le Premier ministre, Abdoulkader Kamil Mohamed en présence notamment de la ministre de la Promotion de la Femme, Hasna Barkat Daoud et de plusieurs membres du gouvernement, le Chef de l’Etat a reçu un accueil des plus chaleureux de la part des tadjourois qui se sont mobilisés en masse à cette occasion. Après un bain foule, le président Guelleh a d’abord visité le village d’enfants de Tadjourah avant de gagner sa place sur la tribune officielle. Et ce sous les applaudissements nourris de centaines de personnes qui ont pris part au déroulement de l’événement. A l’issue de la cérémonie inaugurale du village d’enfants de Tadjourah, l’illustre parrain a ouvert les portes de la station balnéaire entièrement rénovée de haut standing du Sable Blanc.

Le président de la République, M. Ismaïl Omar Guelleh, a parrainé jeudi dernier au chef-lieu de la région de Tadjourah la cérémonie inaugurale du ‘’SOS Village d’enfants » de Tadjourah.

Le chef de l’Etat n’a pas boudé son plaisir de prendre un bain de foule avant d’entamer une visite guidée des lieux. Et ce, rappelons-le, en présence du Premier ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed, de la ministre de la Promotion de la Femme et du Planning Familial, Mme Hasna Barkat Daoud, de plusieurs autres membres du gouvernement, des autorités locales et des invités de marque.

Revenons au village SOS d’enfants de Tadjourah. D’une capacité d’accueil de 100 enfants, il est composé de 10 maisons familiales destinées à héberger chacune 10 enfants.

Chaque maison est gérée par » une mère SOS » recrutée à l’issue d’un examen sous forme d’entretien qui a déterminé si elle dispose le potentiel ainsi que les compétences requises pour exercer la profession de » mère SOS ». Celle-ci est considérée comme le chef de famille et par conséquent constitue le référant incontournable de l’enfant.

Elle le guide sur le chemin de l’autonomie et de l’indépendance tout en l’entourant de son affection et des soins lui permettant de se construire et de construire son avenir.

Pour s’acquitter au mieux de leurs lourdes responsabilités, les mères, les tantes ainsi que l’ensemble du staff du village ont suivi tour à tour, des mois durant, des formations théoriques sur la prise en charge de l’enfant. Des sessions de formations qui ont été consolidées et complétées par des stages pratiques dans des villages SOS déjà opérationnels à Hargeisa, Nairobi et Rwanda.

Par ailleurs, l’admission des enfants obéit à des critères bien définis. Des mois durant, une équipe composée des responsables du village et des représentants de la communauté ont sillonné toute la région afin d’identifier les enfants les plus nécessiteux.

Depuis le mois de mai 2014, le village accueille une quarantaine d’orphelins, venus d’horizons divers et âgés de 2 à 10 ans. Ils vivent et grandissent ensemble. Ainsi, ils cultivent chaque jour de vraies valeurs de fraternité.

Notons au passage que la construction du centre d’accueil des orphelins qui vient d’ouvrir ses portes à Tadjourah a été financée par la coopération allemande à hauteur de 3 millions de dollars américains.

Le gouvernement djiboutien a, pour sa part, octroyé le terrain nécessaire pour la réalisation de ce projet en assurant également à titre gracieux l’approvisionnement en électricité et en eau et ainsi que divers accessoires dont le téléphone indispensable au fonctionnement de cette structure.

… Des pupilles de la nation.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le préfet de Tadjourah, Abdoulmalik Mohamed Banoïta, a remercié le chef de l’Etat pour avoir honoré de sa présence cette cérémonie.

Le fait a à ses yeux valeur de confirmation de l’engagement présidentiel en faveur de la cause des orphelins. » Les orphelins sont les pupilles de la nation et il est donc de notre devoir de veiller sur eux comme nous l’a révélé le bon Dieu dans son noble Coran », a-t-il dit.

De son côté, la ministre de la Promotion de la Femme et du Planning Familial, Mme Hasna Barkat Daoud, a fait remarquer que la famille naturelle est le meilleur environnement favorable pour le développement et l’épanouissement de l’enfant.

» Mais, hélas, les conditions de vie difficiles et de vulnérabilités font que, parfois, les parents ne sont plus en mesure de s’occuper de leurs enfants comme il le faudrait », a-t-elle souligné.

A cet égard, elle a mis en relief la portée du programme du SOS Village d’enfants qui vise au renforcement de capacités des familles vulnérables dans la protection et la prise en charge des besoins élémentaires de leurs enfants.

Le programme en question comprend notamment un appui éducatif et sanitaire. Il sera prochainement étendu aux ménages pauvres de la région de Tadjourah et de la commune de Balbala.

Sur sa lancée, Mme Hasna Barkat a évoqué la politique de l’enfance prônée par le chef de l’Etat. La ministre a ainsi cité les nombreux fruits de la politique d’inclusion sociale impulsée par le Président de la République avec le soutien de la Première Dame de Djibouti et présidente de l’UNFD.

» Nous ne le dirons jamais assez, l’enfant est un être précieux, une pépite amenée à devenir un jour un adulte et un citoyen à part entière. A cet égard nous devons tout mettre en œuvre pour qu’il puisse bénéficier de la dignité et des conditions nécessaires à son plein épanouissement, et cela est encore plus vrai lorsque l’on parle de protection de l’enfance notamment pour ceux, qui, malheureusement, ont perdu prématurément leurs premiers protecteurs que sont les parents », a martelé avec insistance Mme Hasna Barkat au micro de la tribune.

Avant de conclure, la ministre de la Promotion de la Femme et du Planning Familial a exhorté l’ensemble de la population de la région de Tadjourah à adhérer pleinement et de coopérer activement, chacun à son niveau, afin que ce projet inédit puisse connaître le succès qu’il mérite.

En dernier lieu, le président de la République a, une fois de plus, remercié les tadjourois pour l’accueil des plus chaleureux qui lui a été réservé. « A chaque fois que je viens à Tadjourah, je suis un témoin privilégié de l’hospitalité légendaire de la population de la ville blanche », a d’emblée affirmé le président Guelleh sous les applaudissements nourris de la foule. Le chef de l’Etat a, à juste titre, remercié la population de la ville et du reste de la région qui s’est mobilisé comme une seule personne en cette journée.

» Par cette visite, les membres de mon gouvernement et moi-même avons voulu mettre en exergue la place qu’occupe l’épanouissement des jeunes djiboutiens en général et ceux de Tadjourah en particulier dans notre feuille de route », a indiqué le chef de l’Exécutif djiboutien, qui a appelé les principaux concernés à prendre leur destin en main.

« En marge de la cérémonie inaugurale, j’ai pu visiter le chantier du Port de Tadjourah pour constater de visu l’état d’avancement des travaux et je me réjouis que tout se déroule selon nos prévisions », a déclaré en substance le président de la République qui a par ailleurs promis d’entamer une visite similaire sur le chantier de la route reliant Tadjourah à Mekele.

Toujours dans le cadre de son passage de jeudi dernier au chef-lieu de la région de Tadjourah, le président Guelleh a parrainé l’ouverture des portes de la station balnéaire entièrement rénovée du Sable Blanc.

Il importe de signaler que le promoteur, Omar Houssein, a mobilisé un financement conséquent pour améliorer l’attractivité de cette station balnéaire désormais dotée d’équipements modernes dont une centrale solaire.

Arteh

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy